Equipe artistique

Le collectif:

Blanche Bonnaud

Elle se forme en danse contemporaine au conservatoire de Chambéry et au sein de la Cie Désoblique et de la Cie Au fait à Lyon. Par ailleurs à Paris et en Inde, elle se forme à une danse traditionnelle gitane de femme du Rajasthan, la Kalbelia. Elle rencontre et se forme avec David Drouard, Michel Lecoq, Franck Micheletti, Dominique Petit et Juliette Stolznberg, Denis Plassard, Luis Gomez, Pierre Pilate, Rachid Ouramdam, Ahmed Hammadi, Christine Lenthéric, David Drouan, Myriam Gourfink, Denis Plassard 

Parallèlement à sa pratique de la danse Blanche obtient le BPJPS animation sociaux culturelles ; elle s’intéresse alors au jeu de motricité de l’enfant et au mouvement spontané. Elle se forme par ailleurs au clown pendant 3 ans et pratique (stage et cour) la danse contact, le swing, le Hip hop, le yoga.

La nécessité de créer s’imposant, elle co-fonde en 2017 la Cie Sans Ceinture Ni Bretelles avec un partenaire circassien avec lequel elle engage un travail de contacts et portés acrobatiques. A travers ses chorégraphies et ses propositions artistiques, Blanche développe un langage artistique singulier et engagé vers une danse des possibles entre imaginaire et réalité quotidienne : une danse festive et sensible, créatrice de liens, valorisant l’individu et le vivre ensemble.

Depuis 2018, elle travaille avec trois autres danseuses sur le projet Jour de Bal, une création et une médiation artistique auprès des personnes âgées. En parallèle, elle travaille avec plusieurs compagnies dont la Cie Ru’elles avec laquelle elle développe une démarche de recherches artistiques dans l’espace public avec le spectacle Entrée de Secours et la Cie L’effet Railleur dans Prohibition dans laquelle elle est danseuse-comédienne interprète.

Blanche oriente son travail autant vers la création que la transmission, elle enseigne la danse Tribal Kalbelia, donne des ateliers de danse parents enfants, des ateliers de danse Virevolte 5/6 ans et des ateliers de danse en EHPAD.

En janvier 2019, elle co-fonde le collectif Art d’Corps qui a pour but la promotion de la danse et la création d’un entrainement régulier du danseur à Chambéry. Depuis 2020, elle se forme au DJing, elle anime des soirées, des bals et des dancefloor en guidant les participants dans des danses carnavalesques et sauvages.

_________________________________________________________________________________

Bertille Lafarge

Danseuse, chanteuse et clown en formation Bertille commence la danse très jeune enfant puis se forme ensuite avec plusieurs compagnies:
2007 : Travail artistique avec la compagnie NGC25 (répertoire, composition) Enseignants : Dominique Jardel et Naïc Manceau. 2013: Danseuse avec la Compagnie Nantaise Passage(s), encadrée par Nicolas Irurzin, stage avec Noëlle Dalsace, Matthias Groos, Sumako Koseki et Bill Young. 2014: Dans la continuité du travail chorégraphique avec la compagnie Passage(s), interventions dansées dans des écoles primaires et participation au Festival A Corps, à Poitiers. 2016: Elle intègre le conservatoire de Chambéry pour suivre un cursus pré-professionnel. 2018: Elle interviens à l’INJS pour des ateliers de danse. 2018: Interviens en collège avec la Main qui Parle. 2019: Elle cofonde le collectif Art d’ Corps avec Blanche Bonnaud et trois autres danseuses chambériennes et se forme au Clown avec la Cie La bateau de Papier.

________________________________________________________________________________________________________________

Céline Doubrovik

Céline est danseuse et psychomotricienne. Elle aime mêler la danse à d’autres arts. Elle pratique la musique – flûte traversière, chant lyrique, improvisation vocale, percussions corporelles – mais aussi le théâtre, et le clown.

Son parcours artistique démarre enfant, dans le Sud-Est de la France en danses africaine, jazz, contemporaine, et classique. Adolescente, elle fait partie de la Compagnie P.K. Art Movement dirigée par Pascale Klein. Après un BAC scientifique, elle obtient en

2010 son Diplôme d’État de Psychomotricienne.Travaillant au sein d’établissements spécialisés, elle utilise la danse auprès de ses patients en thérapie. Pédagogue, elle enseigne aussi la danse afro-contemporaine depuis 2012, en écoles de danse à Marseille, Chambéry, et au sein de la formation des psychomotriciens de l’ISRP Marseille.

En parallèle, entre 2009 et 2014, elle poursuit sa formation de danseuse-interprète auprès de maître de danse de renommée internationale : Koffi Kôkô en danse afro-contemporaine (à Paris, Bordeaux, Vienne AUTRICHE, Naples ITALIE, Ouidah BENIN) et Véronique Larcher (à Marseille) en danse contemporaine, classique, barre à terre, pédagogie et anatomie pour le mouvement. Entre 2015 et 2018, elle voyage en France et en Europe et rencontre le travail de différents chorégraphes avec les danseurs des compagnies : Hofesh Schechter, Sidi Larbi Cherkaoui, Akhram Khan, Kibbutz, Genom, Peeping Tom, Ultima Vez. Et passe en 2020 son Diplôme d’Étude Chorégraphique au CRR de Chambéry.

Elle développe alors ses propres projets de création mais intègre aussi différentes compagnies : Théma-Danse dirigée par Babette Gazeau en 2011, 2.12 co-fondée avec la chorégraphe Marjorie D’amora et quatre autres danseuses de 2012 à 2014, Cycloplume compagnie d’art de rue rejointe de 2013 à 2017, Matlosana pour un projet de danse-théâtre en 2017, et depuis 2019, Sans Ceinture ni Bretelles notamment autour du projet ateliers et création « Jour de Bal » à destination des EHPAD de Chambéry. Animée par les collectifs, elle s’associent avec d’autres artistes chambériens et co-fonde le Collectif de danseurs Art d’Corps en 2019 et le collectif pluridisciplinaire CLAC. Avec ce dernier elle réalise l’été 2020 une première tournée à vélo locale.

________________________________________________________________________________________________________________

Stella Gaton

Stella grandit à la campagne, dans le Beaujolais, entre la culture espagnole de son père et la culture allemande de sa mère. Elle entre dans le monde artistique par le dessin et la peinture qu’elle pratiquera pendant de longues années, tout en goûtant à diverses pratiques physiques comme le patinage artistique ou la danse classique espagnole à Cordoue.  Jusqu’à ce que l’appel de la danse, devienne une nécessité, incontournable. En 1999, alors âgée de à 22 ans, après des études d’histoire à Paris, elle décide de se former professionnellement à la danse, à l’école Hallet Eghayan à Lyon (formation classique et contemporaine), puis auprès de Kilina Cremona. Après 4 ans de formation commencent alors les premières interventions scéniques avec la Cie Zigrolling en spectacles de rue sur agrès.
Puis elle retourne à Paris où elle multiplie les stages et pratiques corporelles auprès de chorégraphes aux pratiques très variées (danse thaïlandaise avec P. Klunchun, danse Kathakali avec S. Balakrishnan, danse africaine auprès de Germaine Acogny et M. Nyakam). Elle s’initie au travail de la voix avec Georgina Aguerre, puis en danse/rue avec P. Doussaint.
Deux femmes chorégraphes vont marquer son parcours profondément: Denise Namura en danse/théâtre et Laura de Nercy en conscience du corps entre horizontal et vertical et jeux avec les mots et l’être.
C’est en 2006 qu’elle va rencontrer la Cie Les Passagers, qui représente sa première grande famille de danse avec laquelle elle va travailler et parcourir le monde pendant plus de 7 ans dans son univers de danse verticale mêlant peinture et théâtre. Suivent alors quelques participations avec d’autres compagnies en spectacle de rue comme la Cie Retouramont, la Cie Off, la Cie Transe-Express.

En 2018, son parcours prendra un tournant majeur avec la rencontre d’Henri Chays à qui elle s’associe pour développer le swing à Chambéry avec la Cie Chambéry Swing. En 2019, avec 5 autres danseuses de son nouveau lieu de vie, elle cofonde le Collectif Art d’Corps. Collectif avec lequel elles vont développer un espace de danse laboratoire et un entraînement régulier du danseur à Chambéry. C’est également avec cette nouvelle famille de danse, à Chambéry, que Stella s’initie aux joies du clown auprès de la Cie Bateau de Papier. Et c’est en compagnie de ce groupe enjoué et riche en fantaisie qu’elle travaille au projet Jour de Bal en relation avec les personnes âgées.

________________________________________________________________________________________________________________